Souvent montré du doigt pour ses fumées noires, le secteur se penche pourtant depuis longtemps sur des solutions innovantes afin de diminuer l'impact de son activité sur l'environnement. Et si la tendance s'accélère, c'est aussi parce que la norme l'y encourage fortement.

La condamnation du capitaine de l'Azura, bateau de croisière américain, le 26 novembre, par le tribunal correctionnel de Marseille pour pollution de l'air, est un petit événement en soi.

Lire la suite : https://marseille.latribune.fr