Les croisiéristes ne s'aventuraient guère à Marseille il y a dix ans. Barcelone, Majorque, Venise, oui ! Mais pas ce port sale, étriqué, tournant le dos à la ville. Son visage s'est métamorphosé depuis.

Sur les Terrasses du Port - le centre commercial flambant neuf en surplomb des quais -, il n'est pas rare de se retrouver nez à nez avec un géant des mers - y compris depuis les cabines d'essayage... Avec 1,8 million de croisiéristes par an, la cité phocéenne a récemment dépassé Venise et New York.

Lire la suite : www.lesechos.fr