Frioul Terre Des Artistes

Bravo à notre ambassadeur !

LA PERSONNALITÉ
Christian Devuyst
Président de l’association “Frioul, Terre des Artistes”.

Christian Devuyst, ex pharmacien bruxellois, organise des tours culturels de l’archipel marseillais du Frioul avec son association “Frioul, Terre des Artistes”, qu’il a créée en 2015.
A 49 ans, ce Belge a décidé de tout plaquer pour voyager. Aux îles Canaries, il rencontre une Marseillaise et décide de partir s’installer dans la ville portuaire du Sud de la France.
Voulant fuir la cohue de la ville, il emménage sur une des quatre îles de l’archipel du Frioul qui
est devenu son port d’attache depuis cinq ans déjà.
Voulant en apprendre davantage sur le patrimoine historique des îles de Pomègues, de Ratonneau,
d’If et de l’îlot Tiboulen, Christian Devuyst fouille la documentation des musées alentour et s’entretient avec des historiens ainsi qu’avec “les vieux du Frioul”. De cette recherche de terrain, il publie “Le Petit Livre Bleu, L’Archipel du Frioul”.
Deux ans après avoir établi résidence au large deMarseille, le sexagénaire lance une association
pour tenter de mettre en évidence le patrimoine culturel et artistique marseillais du Frioul.
Toute animation ayant été abandonnée depuis longtemps, il souhaite faire bouger les choses.
Perçu comme un “estranger” par les 140 habitants de l’archipel, cela n’a pourtant pas été
aisé pour ce compatriote de s’imposer.
Ses excursions remportent tout de même un énorme succès. Le secret : “Je raconte du vécu”,
éclaire ce passionné.
L’archipel marseillais, riche de 350 espèces de plantes, représente “un lieu idyllique” pour cet
herboriste de formation qui partage son savoir avec les touristes de passage.
Pendant trois mois, ce bout de terre accueille plus de 700 000 visiteurs. Les îles étant dépourvues
d’hôtels, le guide Devuyst loue deux bateaux qu’il met à la disposition de ceux qui voudrait
passer une nuitée sur ces 200 hectares de paradis.
Grâce à son audace, Christian Devuyst ravive ce patrimoine marseillais méconnu du grand
public. Avec sa participation, l’archipel accueillera d’ailleurs, dès 2020, un centre d’observation maritime (le projet Marsa) afin de protéger la faune et la flore de la région.

Article de la Libre Belgique paru le 27 juillet 2018

www.ftda.eu

2018-07-31T09:28:06+00:0005/08/2018|Nouvelles de Massilien|

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Action interdite. Merci.